Here is a french poem about our hotel and the rue Gît-le-Coeur written by Alain Duault :

Je glisse et le silence rue Gît-le-Coeur quand les matins sont
Des tempêtes qui marchent et vois parfois venir de la Seine
ne robe sublime une robe rouge comme un chat
Mais déjà les murs cherchent l’oubli tout près du Beat Hotel
Où Ginsberg et Burroughs écrivaient à leurs arbres